This site uses cookies in order to function as expected. By continuing, you are agreeing to our cookie policy.
Agree and close

« August 2019 »
Mo Tu We Th Fr Sa Su
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31

News Des arbres fruitiers plantés aux Prés du Hem : « Ce sera un jardin à lérots » (zone transfrontalière France - Belgique)

À l'occasion de son dixième anniversaire, l'Espace naturel Lille métropole (ENLM) a planté des arbres dans plusieurs des sites qu'il gère, dont la base de loisirs des Prés du Hem. Mais les quatre-vingts fruitiers qui viennent de prendre racine en terre armentiéroise ne seront pas là que pour faire joli. Comme nous l'ont expliqué Johann Staelens, Flamand de Kuurne, et Quentin Spriet, naturaliste de l'ENLM, ce verger sera surtout « jardin pour les lérots ».

Concerned URL http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Armentieres/actualite/Secteur_Armentieres/2012/03/20/article_des-arbres-fruitiers-plantes-aux-pres-du.shtml
Source La voix du Nord
Release date 02/04/2012
Geographical coverage France,Belgium,,
Keywords mammals,,

« Dans les années septante, des lérots, il y en avait partout » : Johann Staelens, naturaliste de Courtrai, rappelle avec une pointe de regret dans la voix cette dure réalité... Samedi après-midi, quelques minutes avant que Slimane Tir, le président de l'ENLM, et Claudine Messager, vice-présidente, n'aillent planter symboliquement un prunier, le Flamand montre du doigt une carte de France et de Belgique mettant en évidence que ces petits rongeurs se trouvaient comme chez eux partout dans l'Hexagone, en Wallonie et en Flandres. « Les lérots ont commencé à disparaître il y a quarante ans. Sans doute parce que son biotope a été bouleversé » commente Johann Staelens. Bref, ces petits rongeurs appartiennent aujourd'hui à une espèce reconnue comme « menacée ».

Quentin Spriet, naturaliste à l'ENLM, précise que le lérot est un excellent « bio-indicateur ». En clair, quand les lérots se plaisent quelque part, c'est que la biodiversité est plutôt bien respectée. « Le programme transfrontalier BIPS dans lequel s'insère cette action de protection des lérots et que nous mettons en place avec des Wallons et des Flamands s'attache d'ailleurs à d'autres animaux réputés bio-indicateurs comme les hirondelles ou les tritons crêtés. Autre exemple de bio-indicateur : les hérons. Les hérons qu'on revoit chez nous sont le signe qu'il y a de nouveau des poissons dans la Lys ! » précise Quentin Spriet.

Lérots transfrontaliers

Pour revenir au lérot, son biotope est étroitement lié à la présence d'arbres fruitiers. Et c'est là qu'interviennent les quatre-vingts arbres fruitiers qui ont été plantés la semaine dernière. Pommiers, cerisiers, poiriers, pruniers, tous des sujets de plusieurs années, vont ainsi constituer des « jardins à lérots ». Quelques niches pourront même être disposées. A priori, les lérots ont déserté Armentières depuis pas mal d'années (« En tout cas, on n'en a pas observé récemment », précise Gaétan Dalle, le directeur des Prés du Hem) .

Et dans le secteur, il n'y a guère que du côté de Ploegsteert qu'on en trouve. « Ce qu'on souhaite, c'est créer une sorte de corridor transfrontalier entre Ploegsteert et les Prés du Hem » indique Johann Staelens. « D'ailleurs, rit Pierre Dhénin, le directeur de l'ENLM, en un endroit où, jadis, il y avait des sentiers de contrebande entre France et Belgique, il faut y voir un signe des échanges entre nos deux pays ». Pour ceux qui craindraient que le lérot ne fût un rongeur destructeur de récoltes, Johann Saelens se veut rassurant : « Non, pas du tout et, en plus, il ne prolifère pas : une femelle n'a qu'une portée par an de deux à neuf petits ». Reste à espérer, maintenant, que le bouche-à- oreille fonctionne bien chez les lérots du coin : aux Prés du Hem, ils ont désormais un jardin (ou plutôt deux, un sur la butte où se trouvait, jadis, la décharge de déchets verts et une autre dans la prairie près du port de plaisance). Ceci dit, les vergers des Prés du Hem ne serviront pas qu'aux lérots : « Ils auront vocation à être vergers de production, pour des fruits à croquer, à jus ou à cidre mais aussi vergers de maraude, où les enfants pourront goûter aux plaisirs de la cueillette ». Les lérots auront donc de la compagnie.

Please note that this information has expired.

logo CBD logo NFP Belgium logo RBINS